Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 417633 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Atelier d’écriture - La nuit


Ateliers d’écriture

Séance 5 : Écrire un texte sur ce qui se passe la nuit, quand tout dort.

C’est en plein nuit, quand tout le monde dort que le vrai spectacle commence.
La lune sort sa tête de nulle part distribuant ses rayons avec une touche d’orgueil.
Elle donne l’impression d’observer et guetter tout ce qui bouge.
Derrière elle, des milliers d’étoiles, en garde à vous, semblent être ses petits soldats qui la protègent du reste de l’univers.
De temps à autre, des étoiles sautent d’un endroit à un autre dans un jeu amusant qui fait penser à un déclenchement d’hostilités.
Pendant que tout en bas la vie s’arrête presque complètement, en haut la bataille continue et fait rage, des astres se rentrent dedans déclenchant des explosions qui font trembler tout l’univers.
D’autres astres deviennent si géants qu’ils trouvent rien d’autre à faire que de rentrer dans un trou noir et disparaitre à tout jamais.

Yasser

Cet après-midi, je décide d’aller cueillir des champignons. Le vent agite les feuilles ambrées, le soleil d’automne joue entre elles et crée un feu d’artifice dont seule la nature a le secret. Au loin l’aboiement des chiens de chasse semble répondre à celui plus mélodieux des oiseaux. Moi, je fredonne un air et respire l’odeur des sous-bois. Les couleurs changent à mesure que j’avance. Je vais çà et là. La girolle se cache. La mousse et le manque de lumière rendent la cueillette plus difficile. Les champignons se méritent, je m’en donne la peine. Fatiguée je décide de m’asseoir sur une souche. Le soleil commence à décliner, les journées sont plus courtes en cette saison. Un moment de répit avant de repartir, je me relève et heurte une branche. J’ignorais que cet événement allait changer le cours de ma vie. Je reprends mon panier et c’est heureuse de cet après-midi champêtre que je regagne mon domicile. À mon arrivée, mon chat m’accueille en ronronnant, je le saisis, le caresse et, enfin rassuré, il se calme. La fatigue commence à se faire sentir, les champignons attendront demain. Un bon bain pour me détendre puis hop, je me glisse dans les draps, sans même prendre un repas. Le chat ne supporte aucun obstacle, je laisse les portes ouvertes, il circule librement un dernier tour avant de dormir. Mais je vois bien qu’il s’agite, il se fait vieux, ses réactions sont souvent bizarres.
À peine endormie, un bruit sourd me tire de mes rêveries. D’un bond, je sors de mon lit juste à temps pour voir le panier renversé, les champignons en vrac. Le chat qui feule court dans tous les sens comme attiré par une proie. Agacée, je l’isole dans une chambre et ferme la porte. Je retourne dans ma chambre quand une lueur attire mon attention. Je m’approche de la commode et doucement ouvre le tiroir. Là, je découvre stupéfaite une petite créature tout auréolée de bleu. La petite elfe tremble, pleure et se réfugie un peu plus au fond dans l’épaisseur des serviettes. Mon sourire finit par la calmer. Entre deux sanglots, elle finit par me parler. La magie opère et, malgré sa petite taille, je perçois le son de sa voix. « J’étais avec mes sœurs quand soudain la branche où j’étais assise s’est secouée. Une de mes ailes s’est prise dans une brindille, j’ai perdu l’équilibre, je me suis retrouvée prisonnière au milieu des champignons jusqu’à ce qu’un monstre me poursuive. J’ai réussi à lui échapper de justesse. » Quelle histoire ! Sans le savoir, j’avais ramené chez moi l’esprit de la forêt. Rassurées et très fatiguées, nous avons sombré dans un sommeil réparateur. Le lendemain, comme prévu, je retourne au même endroit, je pose mon panier. La lumière bleue s’intensifie, la petite fée déplie ses ailes et tel un feu de Bengale, le bois scintille de milles bleus, de mille feux, des centaines d’elfes dansent, virevoltent avec pour musique le murmure du vent. Elles éclatent de rire, parlent toutes en même temps, tout ce bruit se transforme en ballet. J’assiste au déferlement de tant de beauté, tout prend vie, c’est magique. Une d’entre elles se pose sur mon épaule et me délivre un message : « Merci de nous avoir ramené notre sœur, seuls ceux qui ont gardé une âme d’enfant peuvent nous voir. La magie opère avec les gens au cœur pur. » Elle ajoute : « Il n’y a pas de hasard, ta vie ne sera plus la même. Le bonheur t’attend. »
Dans un léger bruissement d’ailes, une à une, les lueurs se sont dissipées. La forêt reprend ses droits, comme si j’avais tout imaginé. Rêve ou réalité ? Mais quelle histoire !

Monique


Date de création : 12/04/2016 @ 12:59
Dernière modification : 12/04/2016 @ 12:59
Catégorie : Atelier d’écriture
Page lue 730 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^