Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 417633 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Atelier d’écriture - Sur la ville


Ateliers d’écriture

Séance 1 : Écrire sur une ville qui a compté pour soi, qu’elle soit un bon ou un mauvais souvenir.

C’est une oasis entourée de montagnes qui la câlinent, et ça lui donne bonne mine.

Elle-même enveloppe un petit morceau si vieux et pourtant rempli d’odeurs de jasmin et d’antiquités à la fois.

Une promenade dans le vieux Damas transporte dans un autre temps où la vie coulait très doucement et la simplicité était un principe de vie.

Les nombreuses fontaines montraient que l’eau n’appartenait à personne et symbolisaient un mode de vie collective.

Les constructions bâties avec des pierres géantes témoignaient de la grandeur de l’homme quand il voulait être grand.

Et la rivière Barada qui se faufile au milieu pour la débarrasser de toutes ses impuretés tous les matins.

Yasser

Clermont-Ferrand, cette ville, capitale de l’Auvergne

Je me souviens quand j’étais militaire, ce magasinier, dans une caserne à Lyon, me pose cette question : « D’où c’est que vous êtes ? » Je lui réponds « Clermont-Ferrand ». « Ah ! C’est mort cette ville, j’y avais travaillé chez Olida » s’exclame-t-il.
Cette étudiante aussi qui s’entraînait avec moi à la marche athlétique, originaire de Limoges, nous parlions de nos villes respectives, elle m’a appris que le verbe limoger venait de Limoges. Clermont-Ferrand, Limoges, villes souffre-douleurs de la France. Réaction aussi d’un Parisien qui passait quelques jours en Auvergne dans ma famille, nous lui proposons d’aller au cinéma, « Un cinéma à Clermont-Ferrand ? » ironise-t-il.
Clermont-Ferrand, ville d’arriérés pour certains, ville du XIXe siècle pour d’autres. Et pourtant Clermont-Ferrand c’est bien la capitale de l’Auvergne. Comme me disait un copain de l’armée quand nous rentrions en gare de Clermont-Ferrand, « Ce n’est peut être pas la plus belle ville mais c’est la nôtre. »

Jean-François

Surville1

Surville, un des endroits de France où l’on parque les rats : plaque de béton, pas d’herbe, même l’air y est gris. Poubelles cramées, magasins fermés, vitrines cassées, boîtes aux lettres défoncées, même le béton transpire la haine.
Surville, c’est 40 % de chômeurs, le reste en emploi précaire, tous enfants de la CAF, bref, des cafards. Pour sortir de cette ZUP, trois routes à check-point où les flics te parlent pire qu’à un chien. Normal, nous sommes des rats parqués dans une nuit sans fin. L’espace-temps de cette cité-dortoir est séparé de la vie, prisonnier d’un brouillard froid et cruel. Surville, ses habitants se nomment eux-mêmes non pas les survillois mais les « survivants ». En fait, ça ressemble plutôt à un camp retranché rempli de morts-vivants oubliés du reste du monde.
Surville où, tous les jours, il n’y a rien à faire d’autre que de fumer des joints ou descendre en ville bébar2 du « centrevillois ». Là, en bas, en centre-ville, un jour, j’ai vu des punks avec des cheveux verts, rouges et oranges, un black à crête rose avec des chiens jaunes. Je suis parti avec eux et je ne suis plus jamais retourné dans le brouillard gris de Surville.

1- Surville est la ZUP de Montereau-Fault-Yonne (77). Située sur une large colline, cette cité est séparée par un dénivellement d’une cinquantaine de mètres telles les favelas de Rio-de-Janeiro…
2- Bébar : verlan de barbé qui veut dire carotter ou plutôt détrousser…

Did


Date de création : 12/04/2016 @ 11:50
Dernière modification : 12/04/2016 @ 12:25
Catégorie : Atelier d’écriture
Page lue 743 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^