Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
120 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 402383 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Le cercle des projets disparus -
La désinsertion


Le cercle des projets disparus

La décision du Conseil départemental du Puy-de-Dôme à l’égard du journal Exclusif ne m’étonne guère. Depuis ma naissance, je sais ce que valent les politiques. Ils n’agissent pas pour notre bonheur, ça se saurait et ils le feraient mal de toute manière.

Dans une société hiérarchisée, leur but ne peut être que d’accaparer le pouvoir politique. Elus, leurs fonctions sont soit régaliennes et répressives (police, justice, armée) ou de gestionnaire. Les deux assurant la paix sociale, en clair : que les pauvres se la ferment.

La gestion de la misère ne peut être que moralisatrice quand elle nous parle d’insertion. Car c’est bien à l’individu que l’on s’adresse, à lui que l’on demande de s’insérer et, donc, les tares, les défauts, les fautes se trouvent du côté de l’individu et jamais de celui de la société. Car quand ils parlent d’insertion, ces gestionnaires nous parlent d’insertion professionnelle. C’est-à-dire de nous rendre corvéables, exploitables, vendables, malléables aux interminables réajustements capitalistes, afin de produire, entres autres, des mickeys, du Mac Do’, des bombes et autres inutilités nuisibles ; mais aussi, tout comme au temps des rois, de nourrir toutes les classes parasites de la société. Capitalistes, banquiers, politiques, huissiers, préfets, flics, militaires, parlementaires, syndicats… la liste est longue de ces improductifs unis pour légitimer et maintenir ce système inégalitaire, autoritaire et écologiquement suicidaire.

Inséré à ce système et sans avoir signé de contrat avec lui, j’opterais bien pour la désinsertion volontaire, car davantage qu’insérés, nous y sommes incarcérés. Mais pour alleroù ? De par ce monde, tout est déjà détenu par une minorité de possédants ou par ses bras armés, les Etats. Partout règnent l’inégalité, l’exploitation, la domination et l’injustice, nulle part l’équité et la liberté. Dans ce monde de propriétaires, nous ne sommes que des loques à terre. Rien ne m’étonne donc du sort d’Exclusif.

Pensez-vous : faire réfléchir des pauvres ! qui vont produire une véritable information de qualité destinée aux RSAstes du Puy-de-Dôme et, de plus, livrée gratuitement à domicile. Faudrait pas exagérer, surtout quand certains articles égratignent la belle image de gauche que veut se donner le Conseil départemental. Pour éliminer ce journal de son budget insertion, cette instance de gauche ne va pas procéder franchement et directement. Elle va procéder de gauche : conventions au compte-goutte (un an, puis six mois, quatre mois… avec des périodes parfois de trois mois sans convention), sabotant ainsi le travail journalistique et la régularité de parution ; négociation pour réduire le format ; demande de numériser entièrement le journal, le noyant ainsi dans la toile Internet et privant de l’information des centaines de puydômois au RSA… et, dernier acte, l’ultimatum : crever ou nous insérer dans Puy-de-Dôme en mouvement. Ce qui a autant de sens journalistique que de mettre du porno dans Picsou magazine, si ce n’est pour en contrôler la censure. À la soumission, nous avons unanimement choisi la mort.

Incompétence, indifférence, manigance, pourrissement de situation, chantage, mépris de classe… Tout y est pour me faire réaffirmer mes convictions anarchistes. Dommage pour cette action sociale qui, à son niveau et à mon avis, a produit un travail social supérieur à n’importe quelle entreprise d’insertion – mais ça, c’est facile. Elle a aussi sorti de l’isolement des dizaines d’individus, créé des rencontres inédites, redonné une dignité à certains, ouvert l’esprit à d’autres et rendu de la confiance à tous, tout en fournissant un travail en commun d’individus d’horizons très différents mais, tous, de la même classe sociale. Mais tout cela n’est pas le but de l’insertion, qui est la totale soumission à l’ordre social. Je garderai de cette riche expérience collective un souvenir aussi joyeux qu’écœuré de la soupe aux subventions dans laquelle je crache.

Didier Couvignon


Date de création : 05/02/2016 @ 13:46
Dernière modification : 05/02/2016 @ 13:52
Catégorie : Le cercle des projets disparus
Page lue 663 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^