Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 417633 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Ailleurs dans le Gard - Semer pour renaître


Ailleurs dans le Gard

C’est sur une friche de 2 000 m2 proche du centre de Nîmes qu’Annie Lardet, agricultrice, et Muriel Gavach, éducatrice, fondent en 1997 l’association Côté Jardins Solidaires.

Portrait
Nora…

Leur rencontre n’est pas le fruit du hasard. « Ça s’est passé lors d’un congrès sur le “manger bio”, souviennent Annie et Muriel. C’était l’époque du RMI et l’idée d’un jardin nous est venue pour aider des allocataires à rebondir psycho­lo­gique­ment, à reprendre un rythme tout en partageant des légumes sains. Si le jardin n’a pas le label bio, sa pratique l’est ! » Défriché avec quelques amis agriculteurs, le jardin solidaire accueille au départ trois usagers. Mais en 2009, les panneaux routiers remplacent finalement les carottes : une route traverse désormais le terrain.

L’association se voit alors offrir l’opportunité de louer, pour 900 euros par an, 20 parcelles de 200 m2 au milieu de jardins ouvriers. « Tout le monde ne nous appréciait pas à ce moment-là. Même dans ces endroits, on retrouve les 30 % habituels d’électeurs du FN dans la région. Et pourtant, aujourd’hui nous vendons des plants et des semis à nos voisins. »

Si la recherche de nouveaux financements est un travail fatigant, ce nouveau départ « a reboosté tout le monde », confie Annie, aujourd’hui retraitée. Dorénavant, ce sont 25 personnes au RSA qui jardinent ici, dont douze permanents, informés soit par des travailleurs sociaux, soit par affichage, mais le plus souvent par le bouche-à-oreille.

Portrait
… et Mickaël, deux des jardiniers

Ces jardiniers assurent quatre matinées de travail par semaine, libérant ainsi l’après-midi pour leurs rendez-vous et obligations. « Nous nous adaptons et nous fixons les règles ensemble. Nous acceptons que les parents ne viennent pas les mercredis, ou bien avec leurs enfants. Contrairement à un chantier d’insertion, notre statut d’action collective d’insertion nous permet cette souplesse. Le but n’est pas d’occuper un emploi, mais de reprendre une activité sociale. Tous nos jardiniers sont dans des situations différentes, certaines très difficiles », explique Annie. La récolte est partagée entre tous et représente pour chacun un ou deux paniers hebdo­madaires, bien garnis !

Muriel, qui assure l’accompagnement social des personnes, ainsi qu’un jardinier et une cuisinière sont salariés par l’association. Ces encadrants sont soutenus par 80 adhérents, qui donnent souvent un coup de “main verte”. Côté finance, le budget est assuré à 15 % par les ventes de produits transformés (confitures, huile d’olive, purée de piments), de semis, du calendrier maison et par la table d’hôtes (ci-dessous). L’association répond aussi à des appels à projets. Même si l’activité principale reste le jardin, elle propose encore des balades, des rencontres de voisinage afin d’inciter à des pratiques plus écologiques.

Bion appétit !

Tous les mardis, sur réservation, Côté Jardins Solidaires propose une table d’hôtes avec un menu copieux, végétarien et bio, préparé avec les légumes maison. 7 € pour les petits budgets, 9 pour les adhérents et 13 pour les autres. « Mais si une personne n’a pas les moyens, elle pourra toujours s’attabler, précise Annie : au-delà du financement, cela permet de créer de la mixité et du lien social. »

Didier Gouvignon

Association Côté Jardins Solidaires, 2 cours Némausus, Apt. A 102, 30000 Nîmes. 04 66 84 51 99. Site.


Date de création : 24/12/2015 @ 17:14
Dernière modification : 23/02/2016 @ 14:06
Catégorie : Ailleurs dans le Gard
Page lue 786 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^