Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
120 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 402383 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Dossier réfugiés - Venus d’un lointain
pays de l’est…


Réfugiés en Auvergne

« Notre magasin était notre gagne-pain, à mes parents et moi. Un jour, le maire et le général de la ville ont voulu l’acheter, nous avons refusé. Jusqu’à ce qu’ils nous menacent et nous arrêtent, mon père et moi, pour nous torturer. Mon père en est mort. Ma mère et moi avons décidé de fuir, car là-bas les gens au pouvoir et la police sont tous corrompus, c’est la mafia généralisée.

« Nous sommes d’abord allés dans la famille de ma mère ; un ami nous a aidés à faire nos passeports et nous a ensuite conduits en France, avec trois autres personnes, voilà trois ans.

« Au tout début, nous dormions dehors, à côté de l’accueil de jour, en décembre, puis une nuit en hôtel, puis cinq jours à Ce-Cler 1 puis de nouveau dehors… À RESF, une dame nous a procuré un logement pour deux semaines. Nous sommes actuellement chez un ami depuis plus d’un an, mais nous devons trouver autre chose. Jusque là, nous n’avons pas obtenu le droit d’asile, mais nous renouvelons notre demande de titre de séjour au titre de la santé de ma mère. Nous craignons une OQTF tous les jours.

« Pour manger, nous allons chercher des colis auprès des associations humanitaires, et le CCAS de la ville nous remet 140 euros tous les trois mois, pour nous deux. Ma mère est très malade, depuis longtemps, heureusement elle peut se faire soigner grâce à l’aide médicale d’État. L’assistante sociale du CHU fait tout ce qu’elle peut, mais pour le moment nous n’avons pas de solution tant que nous n’avons pas d’attestation de la préfecture. Sinon, je prends des cours de français depuis un an et demi environ, grâce au Secours catholique. Je connais quelques compatriotes mais ils sont aussi en difficulté, donc ils ne peuvent pas nous aider. »

1. L’association Ce-Cler gère plusieurs centres d’hébergement dans le Puy-de-Dôme (près de 350 places au total) pour des personnes sans domicile fixe et pour des réfugiés.

Dominique Blondeau


Date de création : 24/12/2015 @ 11:00
Dernière modification : 05/02/2016 @ 11:37
Catégorie : Dossier réfugiés
Page lue 586 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^