Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442300 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Canton s'aime - Royat - Une cure d’insertion à Royat


Inserfac

Une cure d’insertion à Royat

Accompagner des personnes au chômage pour qu’elles apprennent différents métiers et obtiennent un Certificat de qualification professionnelle, c’est ce que s’efforce de réaliser l’association Inserfac.

royat1.jpg
Depuis une vingtaine d’années un contrat unit la mairie de Royat et l’association Inserfac. Eric Gardarin, chargé du service espaces verts de la commune, s’occupe depuis 2002 de trouver des chantiers d’insertion pour cette association. Les employés, tous issus du chômage, y travaillent durant une année, parfois renouvelable.

Au nombre de huit, plus un encadrant, ils effectuent différents travaux : manutention, menuiserie, charpente, maçonnerie, peinture, dallage et entretien d’espaces verts. Exception : l’électricité et la plomberie reviennent à des ouvriers qualifiés. « Les travaux physiques ne sont pas trop faits pour les femmes, donc il y a une forte proportion d’hommes ; la moyenne d’âge est de 43 ans – de 20 à 59, dont certains sont handicapés physiques. Et tous sont en général des gens de bonne volonté », affirme Eric Gardarin. À la fin du contrat, un Certificat de qualification professionnelle (CQP) peut être validé par un jury – extérieur à Inserfac pour éviter le favoritisme. Ce CQP peut faciliter la recherche d’un emploi. En effet, près de la moitié des salariés en insertion trouve un travail ou une formation après leur passage à Inserfac.

Bon anniversaire Fatmir !

En 2013, le chantier d’insertion a notamment restauré des salles et des
royat
appartements de la ville, réalisé un escalier quart-de-rond à côté du square de la Taillerie et dix jardinières en bois pour que les enfants des écoles maternelles fassent pousser leur premiers légumes, fruits ou fleurs. Certains des salariés ont bien voulu s’exprimer pour Exclusif.

Jonathan, le plus jeune (28 ans), prépare un projet d’encadrant. « J’étais isolateur projeteur ; un soir, à trois minutes de la fin, j’ai fait une chute de plusieurs mètres. Après cet accident dont je me suis sorti miraculeusement, ma boite n’a pas voulu me reprendre. » Eric, 48 ans : « J’ai vécu de petits boulots à la Réunion, mais là-bas la vie est chère ; je suis parti voici sept ans, j’espère trouver du travail après mon passage à Inserfac. »
royat
Fatmir, 42 ans, marié et trois enfants, est venu du Kosovo : « Pendant 12 ans j’étais tapissier ; et aujourd’hui (19 mars) c’est mon anniversaire. » Bruno, 33 ans : « Depuis novembre 2012 je travaille ici, pour un salaire de 834 euros. Quand je suis arrivé ici, je n’avais aucune expérience, j’ai appris plein de choses, j’ai mis un pied dans l’activité en douceur. Quant à l’avenir, j’ai un projet dans le social. »

Tous s’accordent pour affirmer qu’il règne une bonne ambiance au sein de l’équipe. Thierry, 30 ans, encadrant : « Charpentier de métier, à la suite de problème de santé, j’ai travaillé sur un chantier d’insertion, puis suivi une formation d’encadrant technique. Je pense continuer ; j’ai une expérience sociale et le contact facile avec les stagiaires, ça me plaît ». Richard, 37 ans, accompagnateur social, aide les personnes pour les démarches administratives. « Auparavant, j’ai travaillé 12 ans dans la grande distribution puis j’en ai eu marre, j’ai suivi une formation de conseiller en insertion. J’aime le contact avec les personnes, les rapports humains. »

Jean-François Murol


Date de création : 04/10/2014 @ 16:48
Dernière modification : 04/10/2014 @ 16:48
Catégorie : Canton s'aime - Royat
Page lue 925 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^