Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 429767 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Ailleurs - Grigny - Lyon - A Grigny, l’art d’aider les
jeunes


Programme Veduta : délocalisation, médiation et insertion

A Grigny, l’art d’aider les jeunes

Manifestation internationale, la Biennale d’art contemporain de Lyon s’exporte dans six communes voisines à travers le programme Veduta. Grigny en a construit sa part avec le concours des habitants, incluant une dose d’insertion à sa dimension culturelle.

Grigny
Veduta – en italien, une fenêtre ouverte… – prend d’abord place à Grigny sous la forme d’installations d’œuvres d’art dans les lieux emblématiques de la ville : rotonde de l’ancienne gare de triage, souterrains du parc de la mairie… Il y a aussi des résidences d’artistes, des performances et des actions participatives : un conseil culturel mobilise les Grignerots autour des projets, et certains habitants s’en emparent. Depuis février, une médiatrice culturelle a rencontré un groupe chaque semaine pour une sensibilisation à l’art contemporain. Résultat : six d’entre eux accueillent une œuvre dans leur logement, ouvrent leur porte aux visiteurs et deviennent médiateurs puis raconteurs de l’expérience. D’autres s’impliquent dans l’organisation de l’exposition dans les souterrains, par exemple par l’écriture de son catalogue, confiée à des habitants volontaires. Cette expo a aussi été le support d’une action d’insertion voulue par la ville pour ses jeunes les plus éloignés de l’emploi.

Trois semaines sous terre…

La Biennale mettait déjà régulièrement en place des chantiers d’insertion, organisés à Lyon puis mis à disposition des autres communes. « C’est très bien, mais à Grigny on voulait que cet élan profite directement à nos jeunes », explique Cécile Hammerer, responsable du service Politique de la Ville. La commune et ses partenaires ont donc lancé un
Grigny
chantier supplémentaire, avec un budget de 15 000 € : « un outil adapté à ces jeunes », résume Philippe Rock, directeur du service de prévention spécialisée. Pendant trois semaines, quatre d’entre eux ont aménagé les souterrains pour y accueillir sept œuvres du musée d’art contemporain de Lyon.

De la construction du plancher aux éléments de scénographie, le cahier des charges et les normes sont stricts. Les jeunes ont évolué dans des conditions de travail réelles, encadrés par deux techniciens de la Biennale : « Ils ont été appréciés pour leur engagement, et ils ont tissé des liens, explique Sébastien Reille, éducateur de prévention. Ils ont d’ailleurs été félicités pour leur travail. » Preuve de confiance, ils ont été chargés du transfert et de l’installation des œuvres d’art.
Démocratie : le pouvoir au peuple

Avec plus de 40 % d’espaces verts, Grigny c’est la campagne à une demi-heure de Lyon. C’est aussi une des villes les plus jeunes du département, puisque plus de la moitié des 9000 Grignerots a moins de 40 ans. Mais c’est surtout une ville qui a su redonner du sens au mot démocratie.

Depuis 1977 Grigny affiche la même couleur politique, résolument à gauche, et met l’accent sur la démocratie participative. De la création des conseils de quartier en 1997 jusqu’au premier budget participatif en 2006, Grigny a adopté un mode de fonctionnement associant les habitants aux différents projets de la ville. Forte d’une politique qui perdure depuis plus de 30 ans, Grigny s’emploie à « activer la mixité, être dans le vivre ensemble et ne pas segmenter les politiques sociale, culturelle ou de logement. La taille de la commune est favorable à ces échanges et la transversalité permet beaucoup de choses », résume Cécile Hammerer

Clés et perspectives

Le chantier inclut un volet médiation culturelle à l’égard de ces jeunes. Visite du musée, présentation des œuvres : on aborde là un univers mal connu, qui suscite des réactions. Véritable découverte pour Dylan – « Être à l’extérieur de Grigny, au musée, c’était intéressant » –, le côté culturel est plus secondaire pour David : « Ça fait du bien de travailler, peu importe l’endroit. » Delphine, conseillère au PLIE, souligne que cette expérience est l’occasion d’ouvrir des perspectives insoupçonnées : « C’est aussi un secteur qui a besoin de gardiens, de menuisiers, alors qu’un jeune formé à ces métiers ne songe pas forcément à postuler dans un musée, une école d’art ou un théâtre. » Clés en main et enthousiastes, David et Dylan sont fiers d’ouvrir les portes des souterrains pour montrer ce qu’ils ont réalisé. Un bon exemple d’appropriation d’un projet et d’un lieu, renforcée par la pérennité des aménagements qui resteront en place après Veduta : « C’est vrai ? J’aurais dû signer une des planches ! » conclut David, avec juste ce qu’il faut d’étincelle dans les yeux.

Hôtel de ville, 3 av Jean Estragnat, 69520 Grigny, tél. 04 72 49 52 49, www.mairie-grigny69.fr ;
Veduta : http://vedutagrigny.fr Biennale d’art contemporain : www.biennaledelyon.com

Valérie Peyrac


Date de création : 17/11/2013 @ 14:20
Dernière modification : 17/11/2013 @ 14:24
Catégorie : Ailleurs - Grigny - Lyon
Page lue 1152 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^