Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 429771 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Canton s'aime - Champeix - Les pailhats sauvés de la
friche


Courgoul, un pays de cocagne

Les pailhats sauvés de la friche

Au fond des gorges abruptes de la Couze Valbeleix, se niche le village de Courgoul. Jadis façonné par la main de l’homme, le versant sud offre à la commune 8 hectares de surfaces cultivables. De la vallée au sommet s’étirent des terrasses soutenues par des murets de pierres sèches : les pailhats.

Pailhat
Aucune précision quant aux débuts de l’exploitation de ces terrasses : plusieurs millénaires ? Sur ces pentes, le travail agricole est ardu. Aussi l’exploitation des pailhats est-elle étroitement liée à l’économie du pays : lorsqu’elle va mal, on cultive en terrasse pour combler les besoins alimentaires du village.

D’abord dédiés à la polyculture, les pailhats sont ensuite consacrés à la vigne, jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’arrivée du phylloxera sonne alors le glas de la production viticole auvergnate. Au début du XXe, Courgoul connaît une période de prospérité et l’exploitation des pailhats est abandonnée en même temps que la vigne.

Rendues à la nature, les terrasses sont envahies de broussailles jusqu’à ces dernières années. Depuis douze ans, l’association de sauvegarde des pailhats leur redonne vie. Bénévoles, élus, salariés en insertion mobilisent leur énergie pour la revalorisation du site. Un travail de titans a été nécessaire pour venir à bout de 5 hectares de friches, mais les pailhats sont enfin réapparus. Pour le plus grand bonheur des 74 habitants de Courgoul, affectivement liés à ce lieu.

Miels et confitures

La nature du sol et sa fertilité n’étant pas équivalentes en bas et en haut du site, les parcelles sont divisées verticalement. De fait, et contrairement aux terrasses méridionales où l’on observe des murs continus, chaque muret s’interrompt en limite de parcelle, et sa qualité dépend de la richesse et de la technicité du propriétaire. Aux constructions empiriques succèdent des ouvrages parfaitement aboutis, pourvus d’escaliers volants : des pierres saillant des murs permettant le passage d’un étage à l’autre.

Ruches, arbres fruitiers, plantes méditerranéennes et aromatiques jalonnent l’ascension. Certaines espèces anciennes ont été remises au jour après le défrichement, d’autres sont replantées peu à peu. Les productions actuelles, miels et confitures, sont vendues au profit de l’association. En outre, depuis trois ans la commune expérimente un “retour vers le futur” : la vigne a refleuri sur les hauteurs des pailhats, avec la plantation progressive, au fil des ans, de 900 pieds de cépage pinot gris. Des lieux et un paysage surprenants, à découvrir en accès libre toute l’année, ou lors d’une visite commentée pendant l’été.

Mairie de Courgoul et association de sauvegarde, Le Bourg, 63320,
tél. 04 73 71 21 16

Valérie Peyrac


Date de création : 17/11/2013 @ 13:04
Dernière modification : 17/11/2013 @ 13:12
Catégorie : Canton s'aime - Champeix
Page lue 1067 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^