Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442064 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

L'insertion près de chez nous - Des encadrants à l’écoute


Pays de Champeix

Des encadrants à l’écoute

SIVOM
« En quinze ans, on est passé d’objectifs essentiellement sociaux à d’autres beaucoup plus professionnels. Avant, on pouvait se permettre de ne faire que du social. Maintenant, on doit biaiser ». Pour Hubert Castanier, encadrant technique au SIVOM du pays de Champeix, le constat est abrupt.

L’idée d’insertion semble se vider peu à peu de l’essentiel. Son collègue Alain Marlet déplore que les exigences de recrutement définies par la direction du Travail soient désormais axées sur l’aspect professionnalisant, et donc le résultat : elles ne tiennent plus guère compte de la dimension personnelle. Parmi les candidats apparaissent de plus en plus de diplômés, des gens proches de l’emploi, plus faciles à caser : « Depuis trois ans, on voit émerger des niveaux bac +2, BTS… ».

Réinstaurer la confiance

Changement de cap. « Les salariés qui débarquent nous disent qu’on les a briefés sur l’importance du projet pro. Mais nous, on leur demande d’abord de se poser. »

Séverine Giraud, accompagnatrice sociale et professionnelle, insiste sur le fait qu’il y a « toujours un résultat, même s’il n’est pas quantifiable ».

Au Sivom, « on prône d’abord l’humain ». Un café et beaucoup d’écoute, pour mieux connaître le futur salarié. Il sera toujours temps de parler boulot.

Après l’embauche, les encadrants travaillent à réinstaurer la confiance chez des personnes en déficit, et prennent le temps nécessaire. « On veut d’abord les repositionner : si pendant un an avec nous ils se sentent bien, c’est déjà ça de gagné », juge Séverine. Concertation, équilibre dans l’action, le trinôme œuvre en bonne intelligence, conscient de l’importance de la parole. Et de celle de l’exigence dans le travail, comme le soulignent Hubert et Alain. « C’est une condition essentielle à la reconnaissance et au respect de soi-même et des autres ».

Sébastien Juillard


Date de création : 16/11/2013 @ 15:09
Dernière modification : 16/11/2013 @ 15:09
Catégorie : L'insertion près de chez nous
Page lue 1247 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^