Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442050 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Livres - Besoin d’aimer et de haïr


nothomb.jpg
Besoin d’aimer et de haïr Deuxième roman publié d’Amélie Nothomb, Le Sabotage amoureux est une parabole autobiographique et autodérisoire sur l’enfance, l’amour et la guerre.

Fille de l’ambassadeur de Belgique, elle y raconte de façon épique sa vie de cinq à huit ans dans le ghetto pour étrangers de San Li Tun, à Pékin dans les années 1970. La deuxième guerre mondiale a pris fin depuis une trentaine d’années, mais pour ces enfants d’expatriés un peu livrés à eux-mêmes dans un endroit dénué de toute forme de distraction, il n’en va pas ainsi. La jeune Amélie ainsi que la plupart des enfants du ghetto seront enrôlés dans un conflit mondial qui n’est plus aujourd’hui cité dans aucun livre d’histoire. Elle y vivra les plus héroïques moments de sa jeune existence, au rythme du galop de son fier destrier bicyclette et à coups de trempages de l’ennemi dans l’ « arme secrète ». Un genre de guerre des boutons version surréaliste avec, en prime, une masochiste passion pour une fillette de six ans particulièrement cruelle et hautaine – c’est décidément récurrent chez A.N.

Sabotage amoureux, par exemple, lorsque la demoiselle la fera courir volontairement jusqu’au malaise : « Dans saboter, j’entendais sabot, c’étaient donc mes pieds véritables. Elena voulait que je me sabote pour elle (…) Et je courais en pensant que le sol était mon corps et que je le piétinais pour obéir à la belle et que je le piétinerais jusqu’à son agonie. »

Une vision du besoin des humains d’aimer et de haïr, de dominer ou se soumettre, à travers le regard d’une enfant de sept ans ; et si le lien avec le monde des adultes semble plus qu’évident, ceux-ci sont quasiment absents du récit. « On se moque des enfants qui justifient leurs mauvais coups par ce gémissement : “C’est lui qui a commencé !” Or aucun conflit adulte ne trouve sa genèse ailleurs.» A redécouvrir avant d’attaquer le petit dernier de Nothomb, paru comme d’hab à la rentrée, Le voyage d’hiver.

A.Q.

Le Sabotage amoureux, d’Amélie Nothomb, 1993.

Date de création : 27/11/2009 @ 14:28
Dernière modification : 22/02/2010 @ 18:47
Catégorie : Livres
Page lue 1348 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^