Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442064 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Livres - Apocalypse bébé


Apocalypse bébé

Apocalypse bébé
Amandine est une adolescente de la haute qui traîne dans les bas-fonds. Son père et sa belle-mère voudraient en savoir un peu plus sur ses agissements. Lucie est une détective privée un peu dépressive qui n’a pas vraiment la fibre pour le métier. Elle est d’ailleurs cantonnée par son agence aux filatures d’ados. C’est ainsi qu’elle va se retrouver à coller au train de la demoiselle à la dérive, puis à essayer de retrouver sa trace de Paris à Barcelone en compagnie de… la Hyène.

Une bonne partie de l’action se passe dans les milieux de la nuit barcelonaise, avec son lot de paumés, de défoncés, de poètes et d’ordures. Avec, comme d’hab’ chez V. D., ces petites phrases fulgurantes de réalisme et ce regard plein de finesse sur les choses de la vie, celui de quelqu’un qui la connaît bien d’une extrême à l’autre. Le personnage de Lucie, avec ses incertitudes et son regard aiguisé, fait beaucoup penser à sa créatrice. Sex, drugs & rock’n’roll avec comme toujours chez l’auteur la pointe de glauquitude. Une romance lesbienne en parallèle à l’histoire ; lorsque l’action déménage de l’autre coté des Pyrénées, on se croirait un peu dans un film d’Almodovar à ses débuts. Du bon Despentes, mais qui ronronne un peu, quoi… Par contre, ça tire toujours à boulets rouges sur les bien-pensants et les faux-semblants. Punk is not dead. Les altermondialistes à l’idéologie prédigérée et les banlieusards en prennent pour leur grade autant que les bourges.

Mais c’est sans doute dans la dernière partie du bouquin que ça devient le plus intéressant. Le récit prend un virage vraiment imprévu à partir de l’entrée en scène d’une certaine sœur Elisabeth. On rentre dans une histoire de manipulation des masses, de liens entre le Vatican, l’Opus Dei et le terrorisme international. Apocalypse baby is coming. Une chute à la fight-club et une réflexion sur la malléabilité de la vérité historique. EnOrme, sombre, magistrale, détonante et complètement inattendue… That’s all right, mamma ! 

Arnaud Quétu

Apocalypse bébé, Virginie Despentes a obtenu le prix Renaudot 2010 pour ce sixième roman publié aux éditions Grasset en 2010.

Date de création : 15/02/2013 @ 14:18
Dernière modification : 15/02/2013 @ 14:18
Catégorie : Livres
Page lue 1149 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^