Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442064 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

La nuit... - Un peu de chaleur dans la nuit


La maraude

Un peu de chaleur dans la nuit

SDF jeunes ou âgés, travailleurs précaires sans abri, grands marginaux ou mineurs largués : ces femmes et ces hommes montrent quelques-unes des facettes de la misère nocturne que rencontre l’équipe de la maraude, du 1er novembre au 1er avril, Noël et Saint Sylvestre inclus.

« C’est un peu un Samu social clermontois, mais avec de très légers moyens », explique Chantal Charrade, coordinatrice de la maraude nocturne pour le Collectif pauvreté précarité1. Avec un des 25 bénévoles qui accompagnent à tour de rôle deux travailleurs sociaux, salariés du Collectif, le camion parcourt le centre ville tous les soirs afin « de repérer et créer des points de rencontre avec les SDF ». En dispositif hivernal dit “de niveau 3”, « ils tournent toute la nuit et plus loin que l’hyper-centre ». L’équipe propose « chocolats chauds, cafés ou couvertures » et, surtout, une fois le rapport de confiance établi, « discute ». D’ailleurs, « il n’y a jamais eu de violence contre la maraude », affirme Chantal. Le but est de renseigner, diriger vers les différents centres d’accueil et, « parfois, ramener aux “chalets” les personnes dont aucune structure ne veut ». Dédiés à l’accueil de nuit, ces 10 Algeco offrent 30 places d’hébergement, dont trois réservées pour la maraude, où sont accueillis les gens avec leur chien, et sans exigence quant à leur état de santé ou de dépendance à l’alcool ou autre drogue.

Jeunesse en errance : danger

Manif
La grande inquiétude de Chantal est l’augmentation constante du nombre de jeunes. Avec l’observation des travailleurs sociaux, elle en a repéré une vingtaine, « complètement largués ». Sans compter les mineurs, qui, « fuyant l’Aide sociale à l’enfance (ASE), se cachent ou mentent sur leur âge ». Pour tous ces jeunes « sans lien familial, en échec scolaire, sans travail, sans allocation, sans abri, c’est un véritable entonnoir  ! » En grande précarité « mais sans pour autant avoir des problèmes d’alcool ou d’addiction, ils sont au plus bas de l’échelle sociale, et côtoient la grande errance, faute de structures adaptées ». Récemment, l’un d’eux suppliait la coordinatrice de lui trouver une place en hébergement d’urgence : « Il n’avait pas pu dormir depuis 72 heures ! » Donc, quand certains « ouvrent un squat, on les aide et c’est comme ça qu’on y arrivera », affirme-t-elle en déclarant qu’« avec la crise, c’est l’état de guerre ! Les pouvoirs publics ne feront rien si, nous, acteurs de terrain n’ouvrons pas nous-mêmes les portes des lieux vides. » Il y a d’ailleurs « une sacrée activité la nuit à Clermont ! Une cinquantaine de personnes, pas toujours demandeuses de logement, vivent en squat » et, « à l’intérieur, il s’y passe des choses très intéressantes, différentes. Il y a des gens qui ont du potentiel, des compétences. »

Pour Chantal, le fait de fermer les Algeco le 1er avril peut être dramatique : « Il est très rare de trouver une solution en six mois. Tout est alors à refaire, on ne peut travailler sur de l’insertion sans d’abord leur mettre un toit sur la tête ». De plus, les décès dans la rue sont, en réalité, plus fréquents au printemps qu’en hiver : c’est un effet paradoxal, « être à l’abri fragilise et, quand on ferme, les gens vont de nouveau à la rue, et c’est le choc ». D’où le prochain combat du Collectif : « Ouvrir les Algeco toute l’année ».

D’autres améliorations pourraient être mises en place : « Créer beaucoup plus de places d’hébergement d’urgence, débattre avec l’ASE avant que les jeunes ne soient complètement en échec, travailler en amont sur de la médiation pour éviter les ruptures définitives, créer une meilleure coordination des différents services (pompiers, police…) ». Le Collectif sollicite, pour cela, l’aide de l’État.

D.G.

1. Il regroupe les associations ADPC 63, ANEF 63, Banque alimentaire d’Auvergne, Croix rouge 63, Emmaüs 63, Les Mains ouvertes, Saint-Vincent-de-Paul, Secours catholique 63.

12 rue Emilienne Goumy, 63000 Clermont-Ferrand, tél. 04 63 79 80 86

Date de création : 14/02/2013 @ 17:34
Dernière modification : 15/02/2013 @ 09:37
Catégorie : La nuit...
Page lue 1128 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^