Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 429767 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

La nuit... - Écrire dans le noir ?


Écrire dans le noir ?

Enjeu esthétique, la nuit peut aussi être support à l’écriture. C’est cet appui que cherche l’écrivain clermontois Cyril C.Sarot lorsqu’il parcourt les rues dans une solitude propice aux jaillissements. La nuit se fait mise en mouvement de mécanismes essentiels.

J’aime les balades, nocturnes en particulier, parce qu’elles permettent de débloquer les choses », commence Cyril C.Sarot, très simplement, sans hésiter. Une évidence pour cet ancien étudiant en psychologie, aujourd’hui au RSA pour qui l’écriture n’a jamais été une vocation mais un choix par défaut. « Je n’avais pas de talent particulier pour la musique ou le dessin, mais il y avait en moi cette part de créativité que je n’exploitais pas. »

Mais Cyril voit dans l’écriture davantage un moyen qu’une fin. Celui d’interroger son rapport au monde et aux autres. Et la nuit joue un rôle important dans le processus de création. « L’atmosphère propre à la nuit est si différente. J’ai l’impression de passer à l’envers des choses. » Suivre les rues qui s’ouvrent, avec pour guide une impulsion, avec aussi le besoin de retrouver certains lieux intimes.

Révélateur

poète
Pourquoi déambuler ? « Je dors mal en général et l’agitation des pensées suscite cette envie de marcher. » Il s’agit aussi de rencontrer un autre soi, celui que la nuit dépouille de ses masques sociaux. L’auteur poursuit : « Il y a l’idée d’une nuit intérieure, mais sans ses aspects négatifs. C’est en fait l’intériorité au sens large, ce lieu du sensible, du désir et du mystère. » Il estime les gens trop souvent « coupés de ce qui est intérieur », comme s’ils n’existaient presque plus que dans leur rapport, nécessairement biaisé, à la société.

La nuit agirait donc comme un révélateur. « Son silence permet de se mettre en rapport avec soi », explique Cyril. Dans ce dépouillement, elle soulève des interrogations nouvelles, essentielles, qui sont autant de leviers pour l’écriture, elle dénude le réel de nombreux artifices pour ne laisser qu’une toile de fond où peindre du sens. « La nuit crée un décalage par rapport à soi. On peut se regarder, enfin. »

S.J.

Blog de l’écrivain : acquiparait.canalblog.com/

Date de création : 14/02/2013 @ 16:05
Dernière modification : 15/02/2013 @ 09:37
Catégorie : La nuit...
Page lue 1139 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^