Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 429405 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Méli-mélo - Résidences d’artistes


Résidences d’artistes : un lieu d’échanges avec le public

La Comédie de Clermont-Ferrand a pour missions la création et la diffusion de spectacles vivants, axés sur le théâtre, la danse, auxquels s’ajoute la musique contemporaine. Afin de réaliser ces objectifs, et de démocratiser la culture, la Comédie reçoit des artistes en résidence. Malgré un problème de local, elle essaye de créer un véritable lieu de rencontre entre les artistes et les spectateurs.

La Comédie, scène nationale, a connu sa première saison en 1997-1998, nous rappelle Céline Gaubert, chargée des relations avec les médias. En 2002-2003 Jean Marc Grangier devient le directeur de la Comédie, « il a souhaité avoir une présence artistique avec des amateurs. » Les résidences d’artistes naissent à la Comédie.

Des formes de résidence variées

Deux sortes de résidences existent : les résidences de création où « l’on peut accueillir des artistes avec des locaux, des moyens techniques, financiers, humains, d’accompagnement, de conseil », et les résidences d’artistes associés, « forme de résidence plus dispersée dans le temps, qui peut se dérouler pour une action très ciblée. C’est le cas de la résidence de
sylviepabiot.jpg
Sylvie Pabiot, chorégraphe, qui a mené un atelier en prison, lequel sera reconduit cette année. »

« Depuis trois ans, Jean-Marc Grangier a initié une nouvelle dynamique à travers ces résidences d’artistes associés. Le public entre en contact avec les artistes, les écoute parler de leur travail, pénètre leur univers. Le spectateur entre par une autre porte, voit l’arrière du spectacle, comprend le mécanisme de la création, l’inspiration de l’artiste » explique Céline Gaubert. Ces résidences permettent d’organiser des répétitions publiques, stages, ateliers, master classes, rencontres, conférences. Hormis certains stages payants (25 à 50 €) toutes ces animations sont gratuites, en accès libre. « Jean-Marc a proposé des tarifs plus bas et a également supprimé les séries, avant le prix du spectacle dépendait de l’emplacement du fauteuil. Les résidences ont permis de développer un public de plus en plus nombreux et varié. Une curiosité s’est manifestée chez les gens. »

Jean-Marc Grangier propose les artistes qu’il souhaiterait avoir en résidence. Il « présente une compagnie pour laquelle il a un coup de cœur et dont il est convaincu de la pertinence du travail, du projet. Il laisse la part belle aux metteurs en scène de la génération des 30-40 ans. C’est une génération qui a déjà émergé, en pleine affirmation de son art. Elle a atteint une maturité qui permet des propos très forts, des univers personnels. On peut les identifier à travers leurs spectacles. La force du discours et du théâtre de cette génération, qui est en train de laisser trace, est le fil conducteur de ce choix d’artistes pour les résidences. » Céline Gaubert précise qu’ils reçoivent des artistes internationaux. Les habitants ont donc « la possibilité de rencontrer des personnes dont les œuvres sont reconnues dans le monde entier. On accompagne un artiste de notre temps, qui compte et qui a déjà compté. » Cette saison, la Comédie accueillera en résidence la chorégraphe Sylvie Pabiot, ainsi que le metteur en scène
denismaillefer.jpg
Denis Maillefer, qui y réalisera la dernière étape de sa création « Looking for Marilyn ».

L’attente d’un lieu vivant

Cependant la Comédie a un statut particulier, elle n’a pas de lieu propre. En effet, elle est hébergée dans des locaux municipaux. « On est en attente de lieux, c’est un projet de la ville de Clermont-Ferrand. Le fait de devoir partager les locaux réduit les possibilités de résidence d’artistes. Cette saison nous n’avons pas pu avoir en résidence Wajdi Mouawad et James Thiérrée. Ils étaient prêts à venir, mais comme nous n’avons pas de locaux, de lieux identitaires, ils ne sont pas venus. » Dans les années à venir, la Comédie souhaite avoir un local qui soit, comme le décrit Céline Gaubert, « un lieu vivant où quiconque puisse pousser la porte à tout moment de la journée, qu’il s’y passe toujours quelque chose : une exposition, une vidéo, un spectacle, une répétition, que les personnes sachent qu’il y a une présence artistique en permanence. Un lieu ouvert à tous, qu’il n’y ait aucun complexe à pousser la porte, que les artistes aillent à la rencontre des populations, ils sont très demandeurs de cette démarche ! »

M.A.

“Lieu identitaire” : douze ans de cache-cache…
Président de la Comédie de Clermont, Daniel Thévenet rappelle que le fameux “lieu identitaire” dont la Comédie serait seule responsable – même si d’autres qu’elle pourraient l’utiliser –, « c’est depuis sa création, en 1997, une promesse non tenue. Il a fallu “montrer les dents” en juin, lors de la présentation de la prochaine saison, pour que la ville de Clermont nous dise qu’elle ne perd pas cela de vue… La ville et l’État se renvoient la balle depuis douze ans, sur le mode “on s’engage si vous vous engagez”, et le temps a passé… » Une mission avait été confiée à un cabinet spécialisé pour étudier la vingtaine de sites possibles dans Clermont. « Il a fallu plus de dix-huit mois, et cela du seul fait de la ville, pour que cette étude aboutisse – en juin, comme par hasard. Certes le dossier est relancé, mais dans le meilleur des cas il n’aboutira pas avant trois ou quatre ans, car il n’y a actuellement aucun engagement budgétaire, ni même solennel : le projet est, dit-on, “évidemment subordonné à l’existence de recettes le permettant”. Simplement, la procédure de consultation et d’élaboration du cahier des charges se poursuit. Mais la ville s’est engagée sans s’engager : on est dans l’expectative, et on espère que ce n’est pas que de la langue de bois, mais… »

D.C.

comedielogo.jpg Tarifs
Pour les chômeurs, minima sociaux, intermittents du spectacle, – de 27 ans, cartes Citéjeune, tarif d’un spectacle : 6 e. L’abonnement (pour 4, 7 ou 10 spectacles, x par 6 e) peut être pris à la Comédie, à l’Espace Victoire (en face de la cathédrale) ou par correspondance en envoyant le bulletin et le règlement à : Comédie de Clermont, rue Abbé-de-l’Epée, 63000 Clermont-Ferrand Tél. 04 73 290 814 site : www.lacomediedeclermont.com

Date de création : 22/11/2009 @ 15:36
Dernière modification : 22/02/2010 @ 18:49
Catégorie : Méli-mélo
Page lue 1844 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^