Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442050 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Quoi de neuf ? - Un établissement
''financier''… et ''solidaire'' ?


La Nef

Un établissement “financier”… et “solidaire” ?

Fondée en 1978, l’association La Nef (pour Nouvelle économie fraternelle) veut contribuer à la transformation d’une économie financière en une société plus respectueuse de l’homme et de l’environnement, par une utilisation plus “consciente et responsable de l’argent”. D’où la naissance en 1988 d’une coopérative : la Société financière de la Nef – 23 000 sociétaires aujourd’hui, dont 600 en Auvergne, et 200 de plus chaque mois. La Nef veut devenir une banque à part entière : questions à Ivan Chaleil, son délégué régional Rhône-Alpes-Auvergne.

Quelle différence entre une société financière et une banque ?

Une société financière a un agrément de la Banque de France pour prêter ou collecter l’épargne à moyen ou long terme, mais pas à court terme : elle ne peut donc pas gérer les comptes courants ou livrets, du type A, LDD ou LEP, contrairement à une banque. À la Nef, l’épargne est déposée sur des comptes à terme : l’argent est bloqué de 25 mois à 10 ans, durée dont dépendent les intérêts (de 2 à 3,7 %).

En quoi vos comptes sont-ils plus “solidaires” qu’un livret A ou un LDD dont l’argent sert à la construction de logements sociaux ou au développement durable ?

Il n’y a pas de transparence pour le livret A ou le LDD : on ne peut pas savoir si cet argent est utilisé à des fins nucléaires ou autres. La Nef veut aider les entreprises ou les particuliers dont la finalité n’est pas seulement économique, il faut être porteur d’un projet humain. Il y a une adhésion à une philosophie : chacun se pose la question de sa responsabilité vis-à-vis de son argent : d’où vient-il, à quoi sert-il ?

À quoi sert l’argent des parts sociales ?

À la constitution de fonds propres, légalement obligatoires pour pouvoir faire du crédit. Mais comme nous sommes une coopérative, lors de l’assemblée générale, le principe de rigueur pour les votes est un homme = une voix, indépendamment du nombre de parts sociales détenues (au minimum 3 parts, soit 90 €).
La Nef dans le Puy-de-Dôme
Pour la Nef, la transparence consiste en particulier à publier chaque année le nom de ses emprunteurs et la teneur de leurs projets. Ce sont des entreprises du secteur de l’écologie, en majorité, mais aussi des domaines social et culturel. Depuis 2007, la Nef finance aussi des particuliers, sur des projets liés à l’écoconstruction et aux économies d’énergie. Sa présence en Auvergne est encore discrète en comparaison d’autres régions. Entre 2007 et 2008, douze entreprises ont été financées dans le Puy-de-Dôme : énergie solaire, filière bois, textile bio, insertion, agriculture biologique, librairie sonore… Parmi les premiers bénéficiaires, en 2006, la petite maison d’édition Privé de désert qui publie Jean Lenturlu, artiste atypique.

CD

Constituez-vous une alternative à la finance actuelle ?

C’est la motivation de beaucoup des sociétaires qui nous rejoignent en ce moment. Car la crise a levé les a priori qu’ils avaient sur nous : ils se rendent compte que ce sont les banques classiques qui ne sont ni fiables ni crédibles, pas nous.

Ne craignez-vous pas de devenir “comme les autres” ?

Jusqu’à présent la croissance de la Nef n’a pas entraîné de perte de ses valeurs. Mais c’est effectivement un risque. C’est pour cela qu’elle est engagée dans la construction d’une banque éthique européenne pour les préserver, voire leur donner un “coup de fouet”. Ce projet devrait se concrétiser en 2011. La Nef y travaille en compagnie de ses partenaires italien, Banca popolare Etica, et espagnol, Fiare. Nous pourrons alors proposer des comptes courants qui seront aussi transparents que l’épargne que nous collectons actuellement.

G.D, GV et CD

Plus d’infos : www.lanef.com

Date de création : 22/11/2009 @ 14:49
Dernière modification : 22/02/2010 @ 18:51
Catégorie : Quoi de neuf ?
Page lue 1458 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article



Réaction n°1 

par solidairecantona le 08/12/2010 @ 19:33

question  

en quoi une banque ethique européenne vous assurerait de ne pas deriver ?

je cherche un etablissement où mon argent servirait ponctuellement  la cause des plus démunis

à s'en sortir donc

répondez vous à cet objectif ?

c'est en réaction à l'appel de cantona

enlevez son argent des banques habituelles

mais en plus si on peut être utile et soutenir une cause que l'on choisit c'est parfait

soyons responsable

vous remerciant

^ Haut ^