Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442050 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Ailleurs - Naissance des « colonies familiales »


Accueil familial des malades mentaux :

Naissance des « colonies familiales »

Depuis 111 ans, le centre hospitalier spécialisé (CHS) d’Ainay-le-Château (03) pratique l’accueil familial thérapeutique. Ce mode d’hospitalisation permet à des personnes souffrant de troubles mentaux d’être logées au domicile d’un accueillant familial agréé, salarié du CHS. L’accueillant assure la prise en charge quotidienne, sociale et affective de son (ses) pensionnaire(s). Les capacités relationnelles et l’autonomie des malades s’en trouvent améliorées. Retour sur l’origine de cette pratique thérapeutique.

Gheel, le modèle belge

Il était une fois une fille de roi. Elle s’appelait Dymphne et, en cette fin de VIIe siècle, elle fuyait son Irlande natale et son père animé de désirs incestueux. Elle atteignit Gheel, en Belgique, où son père la retrouva et la décapita. Mais si Dymphne perdit la tête, un « insensé », témoin de la scène, recouvra, lui, la raison. Il en vint d’autres et l’habitude fut prise par les habitants de loger chez eux ces pèlerins qui gardaient foi à défaut de raison. Voici pour la légende de sainte Dymphne, autour de laquelle une institution fut fondée à Gheel, au Moyen Âge, pour développer le placement familial des malades mentaux. Ce système se perpétua si bien qu’au XIXe siècle, Gheel apparut comme un modèle à des médecins réformateurs, tels Jacques-Joseph Moreau (psychiatre, spécialiste des drogues et fondateur du Club des Hashischins que fréquentèrent Gautier, Baudelaire, Nerval, Delacroix…) ou le philanthrope et polyglotte baron von Mundy (médecin autrichien, auteur d’un projet de colonie-village d’aliénés libres à l’exposition universelle de 1867). Animés par les idées humanistes de l’époque et par le souci de vider les asiles des malades chroniques, ces médecins vantaient le système Gheel pour la très grande intégration du pensionnaire à la famille nourricière, la liberté d’aller et venir, l’absence d’uniforme, la possibilité pour le malade de travailler moyennant rétribution. Leurs détracteurs, plutôt favorables à l’asile fermé traditionnel, défendaient plus de médicalisation et de discipline, s’inquiétant de la dangerosité des malades, de leurs « évasions » supposées favoriser la contagion des idées délirantes et les actes immoraux.

Dun et Ainay : premières « colonies familiales » françaises

Ces débats et la guerre de 1870 repoussèrent la première expérience française jusqu’en 1892. Cette année-là, le docteur Auguste Marie, médecin psychiatre de la région parisienne, implanta dans une campagne paisible, relativement proche de la capitale, une discrète structure médicale pour placer, à raison de deux ou trois par familles, quelques « démentes séniles ». Ainsi naquit la première colonie familiale française, à Dun-sur-Auron, dans le Cher, à 270 km au sud de Paris.

Bien vite, Dun ne suffit plus à accueillir les nombreux malades transférés par les grands hôpitaux parisiens et il fallut créer des annexes en périphérie. Parmi les plus éloignées, la colonie familiale d’Ainay-le-Château, à 25 km au sud de Dun, vit le jour en 1898. Elle se développa rapidement pour devenir autonome le 1er juin 1900.

À cette date, Ainay accueillait 29 pensionnaires femmes et… un seul homme. Le placement des hommes, supposés violents et incontrôlables, faisait peur. Il fallut la persuasion du corps médical et l’ouverture d’esprit de certains habitants pour que l’accueil des hommes soit tenté et réussi en quelques mois… au détriment des femmes qui apparurent soudain tracassières et indiscrètes (… et peut-être moins bien bâties pour les travaux agricoles ?). L’implantation de la colonie fut plutôt positive pour la population locale : le pouvoir d’achat amélioré bénéficia au commerce et limita l’exode rural ; l’exigence de qualité de l’accueil amena progressivement des améliorations en matière de logement, d’hygiène et de nourriture ; le médecin de la colonie contribua à enrayer l’épidémie de typhoïde qui marqua l’entrée d’Ainay-le-Château dans le XXe siècle…

Date de création : 27/08/2011 @ 14:43
Dernière modification : 27/08/2011 @ 14:43
Catégorie : Ailleurs
Page lue 2005 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^