Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 429404 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Rythmes de vies - Demi-réceptionniste de nuit ?


Jean-Pierre, saisonnier

Demi-réceptionniste de nuit ? ou réceptionniste de demi-nuit ? ou…

Ayant toujours été un oiseau nocturne, Jean-Pierre fait en 2001 une formation de réceptionniste en hôtellerie, avec la ferme intention de travailler dans les tranches horaires post-crépusculaires…

mort.jpg
Jean-Pierre trouve d’abord un poste en saison dans un hôtel de l’Alpe-d’Huez. Les conditions sont avantageuses : repas et hébergement gratuits, un salaire de 200 euros supérieur au SMIC. « Mais vivre sur mon lieu de travail, ça me pesait un peu… Et finalement, le fait de me coucher tous les jours à 9 heures du matin aussi… En effet, plus j’avançais dans la saison et plus mon rythme se décalait. Le manque de sommeil joue sur le moral ; un tour de ski s’avérait salutaire, mais c’était forcément après le travail, jusqu’à 14 heures. Je dormais alors de 16 à 22 heures, juste le temps de manger avant de prendre mon poste. »

L’hiver suivant, il trouve un poste dans un village vacances en Auvergne. Les conditions sont moins intéressantes, mais on lui prête un hébergement et il peut “faire le break” à Clermont pendant ses repos. « Et les horaires – 20 h 30-3 h 30 – me permettaient de voir un peu plus le jour. »

Saisonniers assaisonnés

Ses rapports avec la direction se détériorent lorsqu’après une grosse fête, « bien arrosée pour la direction », il demande pour la première fois quand il pourra récupérer les heures dues, puisque son service est terminé et qu’il a encore deux heures de nettoyage. « Je n’ai même pas évoqué le fait que le ménage n’incombait pas au personnel d’accueil, ni que cela devait être payé en heures sup’, expression taboue… » On lui répond qu’il doit s’organiser pour finir à l’heure… « En passant la serpillière entre les danseurs, probablement ? Cette pression pour faire faire des heures non rémunérées, c’est une technique de management courante dans ce secteur. »

Le plus gênant n’est pas que Jean-Pierre fasse valoir ses droits, mais surtout qu’il le fasse savoir haut et fort… Risque-t-il de contaminer certains jeunes employés, jusque-là corvéables et malléables à souhait ? Beaucoup ne touchent qu’environ 700 euros, une fois le logement et les repas défalqués, sans compter les frais de déplacement inhérents au travail en saison, cela pour 80 heures de travail hebdomadaire réel dans de nombreux cas. « J’ai fini par démissionner, sous le poids du harcèlement, au bout de onze saisons. Lorsque j’ai demandé une compensation financière en échange de l’engagement de ne pas aller aux prud’hommes, le DRH a accepté immédiatement. »

Au vu du temps réel que la direction voulait lui imposer sur une base salariale de 35 heures, « il semble bien que je n’étais qu’un demi-réceptionniste de nuit », plaisante Jean-Pierre. « Ça m’avait déjà effleuré l’esprit quand les nouvelles réglementations sur les Assedic des saisonniers ont réduit mes allocations de 700 à 300 euros. » Il semble donc que désormais, pour vivre du salariat saisonnier, il faille le pratiquer toute l’année… au détriment de toute vie familiale ou sociale ?

A.Q.


Date de création : 21/11/2009 @ 17:21
Dernière modification : 22/02/2010 @ 18:54
Catégorie : Rythmes de vies
Page lue 1445 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^