Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442064 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Animaux, nos amis ? - Autistes à la ferme


Ceux qui ne parlent qu’à l’oreille du cheval

Autistes à la ferme

Le foyer d'accueil médicalisé Les Sources vives, à Nades, dans l'Allier, propose à des adultes atteints d'autisme de s'occuper d'animaux, dans un objectif éducatif et thérapeutique

La souffrance de l’autiste
« La caractéristique des autistes est le repli sur eux-mêmes, avec une altération de la communication. Ils ne parlent pas ou très peu, ne manifestent pas de désirs, explique Dominique Beaudouin. Nos résidents viennent généralement d’établissements psychiatriques. À l’ouverture du foyer, en 1997, nous avons proposé une quarantaine d’activités pour en conserver trente, au plus près des centres d’intérêt de chacun, en fonction de l’avis des familles et de leurs réactions, ne serait-ce qu’un sourire… Le but, c’est toujours de faire baisser le seuil de leur souffrance psychique, de faire émerger un état de bien-être et des désirs. »
« Des travaux scientifiques ont démontré les bienfaits de la relation entre animaux et personnes autistes », explique Dominique Beaudouin, le directeur des Sources vives, « mais le piège serait de penser que c’est l’arme absolue face à leurs troubles. Par ailleurs, tous nos résidents ne sont pas intéressés : ils sont 24, et 17 fréquentent la ferme qui compte deux chevaux et des poules, cochons, chèvres, lapins, oies…

Gaëlle Barret, éducatrice spécialisée, s’occupe de l’activité cheval, après une formation à la prise en charge individuelle des autistes. « Pour ce travail, le cheval doit avoir certaines aptitudes : être calme et même placide, avoir une allure régulière, respecter les personnes… L’activité a des objectifs éducatifs et thérapeutiques. On estime que l’équidé est un bon médiateur pour la personne autiste, pour qui la prise de contact au niveau corporel est importante : elle se confronte à la masse physique du cheval, à sa chaleur. L’apprentissage de gestes simples peut être retranscrit dans la vie quotidienne : passer le licol au cheval, c’est un peu comme mettre sa ceinture… De même, la perception de l’espace et du temps est stimulée : les parcs à chevaux constituent des repères, le début et la fin de l’activité sont ritualisés. Le fait de panser le cheval, de le caresser, de se promener à côté de lui, tout cela contribue au développement sensoriel. La monte peut permettre à l’autiste de prendre conscience de son corps ; il y retrouve la satisfaction que lui donne le balancement. Enfin, la promenade procure une activité de loisir. »


roman

Les petits miracles…

Chaque matin, un groupe différent de 5 à 8 personnes va nourrir les bêtes, nettoyer les abris. Avec l’encadrement permanent des éducateurs, les tâches sont adaptées aux capacités et aux envies de chacun. « Elles responsabilisent et valorisent les personnes, explique Gaëlle, et parce qu’elles sont concrètes, elles canalisent l’angoisse de la personne. Sur la ferme, les troubles du comportement n’existent pas, une véritable relation se met en place avec les animaux, parmi lesquels chacun a ses préférences : par exemple, le cheval Roman a plus de succès qu’Irma, la jument, plus impressionnante physiquement. » L’équipe constate les résultats positifs de ces fréquentations animalières qui suscitent des sourires, un certain apaisement, un contentement « voire même des “petits miracles”, raconte Gaëlle : deux éducateurs ont entendu parler à Roman, sans problème d’élocution, un autiste habituellement mutique… »

L.C., avec M.L. et D.C.


Date de création : 26/08/2011 @ 17:23
Dernière modification : 26/08/2011 @ 17:23
Catégorie : Animaux, nos amis ?
Page lue 1971 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^