Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 429771 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Animaux, nos amis ? - « Quand je serai grand,
je serai agriculteur ! »


Accueil à la ferme

« Quand je serai grand, je serai agriculteur ! »

Nichée dans les Combrailles, la ferme des Pampilles se visite à tout âge, pour découvrir ou redécouvrir la vie des animaux d'élevage et le travail de leurs maîtres.

ferme1
En cette fin d’après-midi ensoleillée, des chèvres précédées par leurs bêlements arrivent sur un chemin de terre qui longe la ferme des Pampilles. Elles se dirigent vers l’étable pour la traite et prennent leur temps, s’arrêtant par-ci par-là pour grignoter quelques feuilles. Un groupe de visiteurs, enfants et adultes affairés autour des cochons et de la basse-cour, se rassemble à la suite du troupeau. Maryline Chaput, maîtresse des lieux, poursuit les explications commencées une demi-heure plus tôt dans la fromagerie : « Trois chevreaux sont nés dans l’après-midi. Venez les enfants, vous pourrez leur donner le biberon ». Elle fait partie des agriculteurs qui ont choisi d’ouvrir leurs portes pour faire de “l’accueil à la ferme” : soit des fermes pédagogiques qui reçoivent des classes en appui aux programmes scolaires, soit des fermes “découverte” comme chez Maryline, où l’on vient tout simplement rencontrer les animaux.

Retour aux sources

ferme2
« En 2009, j’ai repris l’exploitation familiale, avec des chèvres plutôt que des vaches, comme le faisait ma mère, pour leur petite taille et parce qu’elles sont très attachantes. J’en ai 54. Heureusement mes parents m’aident, mais c’est plutôt tendu ; je m’en sors grâce aux visites, qui ont du succès. » L’an dernier, elle a reçu, à sa grande surprise, plus de mille personnes qui, souvent, lui ont aussi acheté des fromages. Elle préfère travailler avec des particuliers plutôt qu’avec des grands groupes, pour que les enfants puissent tous participer, donner à manger aux bêtes, traire les chèvres, jouer avec… Certains centres de loisirs ont compris sa démarche et viennent en petit effectif de dix à douze enfants. Les visites se succèdent toute l’année, mais sont plus concentrées l’été : le tourisme fournit la moitié de la clientèle.

Aujourd’hui, deux familles sont venues de Clermont-Ferrand, ainsi qu’une autre « du coin », comme l’explique la maman des deux garçons qui participent avec beaucoup de plaisir : « Ils adorent les animaux. J’aime bien les emmener sur des lieux où ils peuvent apprendre quelque chose. » Même les petits de deux ans se voient proposer, sous l’œil attentif des parents, de donner le biberon aux chevreaux. Bien qu’un peu intrigués, ils acceptent volontiers. Les adultes ne boudent pas leur plaisir : « C’est un retour aux sources, la plupart d’entre nous avons des origines paysannes », constate une jeune grand-mère. « Quand je serai grand, je serai agriculteur ! » déclare un des enfants avec enthousiasme.
ferme3
Son frère est lui aussi sous le charme : « J’aurais jamais cru les chèvres si affectueuses… » Elles ont toutes un prénom : Griotte, Éclipse, Fleur, Fouine… Maryline a sa petite préférée : Dentelle, « une vraie sangsue », ironise-t-elle. La carrière des laitières dure une dizaine d’années. « Après, elles partent à la réforme, c’est-à-dire à l’abattoir, » traduit-elle, le visage assombri, « et je n’irai pas le visiter ».

M.L. et C.D.



Ferme des Pampilles, Jeansol,
63780 Saint-Georges-de-Mons,
tél. 04 73 38 80 97 et 06 75 63 91 70 ; site : http://ferme-des-pampilles.com
Tarif 4 €, en groupe 3,50 €. Gratuit pour les moins de trois ans et les accompagnateurs de groupe. Ouvert toute l’année sur réservation.

Date de création : 26/08/2011 @ 16:06
Dernière modification : 26/08/2011 @ 16:39
Catégorie : Animaux, nos amis ?
Page lue 1517 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^