Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442050 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Rythmes de vies - Les ''trois-huit'', une affaire de famille…


Les “trois-huit”, une affaire de famille…

Les horaires décalés ont des conséquences sur la famille et l’entourage proche du salarié. Le mari de Patricia est gardien de prison depuis sept ans. Ses horaires changent tous les jours : du soir 13-19 heures, puis du matin 7-13, puis de nuit 19-7, puis une période de repos, etc. Outre l’effet sur le rythme de sommeil, ils ont des répercussions sur l’organisation de toute la famille. Patricia explique comment, avec leurs deux enfants, ils sont parvenus à trouver leur rythme de vie familiale.
les3.jpg
« Quand mon mari a été reçu au concours, il a été affecté à Paris pour deux ans. Ça a été très difficile, surtout avec un enfant de trois ans et un bébé. Comme je ne voulais pas prendre de congé parental, j’ai dû m’arranger avec mes horaires de travail. Grâce à mon employeur très compréhensif et à ma famille très présente, cela a été possible. » Mais les enfants n’en ont pas moins ressenti les effets de cette situation : « Au début, c’était des crises de larmes de leur part. Ne pas voir ses filles grandir, cela a été le plus gros problème de mon mari ». Aujourd’hui, il a été muté en Auvergne. « Même s’il faut que je m’adapte à son emploi du temps, ce qui me pèse parfois, c’est beaucoup plus facile car il est présent au quotidien. » Son roulement de travail ne tient pas compte des week-ends et des jours fériés : « On est rarement ensemble à ces moments-là, sauf un week-end complet par mois environ. En contrepartie, quand il travaille du matin, il a toutes ses après-midi libres et peut s’occuper des enfants, les amener à l’école. » Les dates de vacances sont imposées, mais la solidarité entre collègues permet parfois de les échanger.

Patricia confie : « Quand il est là, ça me repose vraiment ; mais j’aime bien cette indépendance : avoir une soirée seule ou avec mes copines, ça me va bien ! Malgré des moments de doute qu’on a eus au départ, si c’était à refaire, on le referait. »

M.A.


Date de création : 21/11/2009 @ 16:59
Dernière modification : 22/02/2010 @ 18:54
Catégorie : Rythmes de vies
Page lue 1373 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^