Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 433906 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Rythmes de vies - Le goût de vivre en temps voulu


Slow food

Le goût de vivre en temps voulu

Réintroduire du sens et de la lenteur dans nos pratiques alimentaires, et par extension dans nos vies : c’est une proposition “gastrologique” du mouvement Slow food, qui se bat depuis plus de vingt ans contre la malbouffe.

« Prendre conscience que le temps est favorable, éduquer son palais, ne pas refuser la nouveauté, rester curieux de la nourriture et du monde qui nous entoure » : voilà autant de clés d’entrée dans la philosophie du mouvement international Slow food, énoncées par Véronique Jal, responsable du groupe local Auvergne de Slow food, le convivium Volca’niac1. Fort, avec deux ans d’existence, d’une cinquantaine d’adhérents et quelque 200 sympathisants, Volca’niac propose des activités et des animations pour défendre et mettre en valeur le patrimoine gastronomique.

Slow food, mode d’emploi

À l’origine du mouvement Slow food, le chroniqueur gastronomique italien Carlo Petrini. En réagissant à l’implantation d’un fast food, en 1986, sur une célèbre place de Rome, il s’attaque à travers l’iconique Mac Donald à toute l’industrie agro-alimentaire, à ses dérives de standardisation et d’uniformisation du monde. Selon lui, « il est inutile de forcer les rythmes de notre existence. L’art de vivre consiste à apprendre comment dédier du temps à chaque chose. » Devenu organisation internationale en 1989, Slow food compte aujourd’hui 80 000 adhérents dans 50 pays et un millier de “conviviums”, des groupes locaux désignés par ce mot latin signifiant le festin, la réception, le banquet… Pour en savoir plus, consultez le site Internet www.slowfood.fr/france
Se posant en défenseur de la biodiversité, Slow food a créé L’arche du goût, un inventaire de produits en voie de disparition, et désigne des “sentinelles” pour organiser leur sauvegarde. En Auvergne, par exemple, Volca’niac y a inscrit la lentille blonde de Saint-Flour. Sa semence ayant disparu, l’INRA a travaillé sur son ADN pour la “ressusciter”. Aujourd’hui, on en produit 60 tonnes par an : de sa culture à son utilisation gastronomique, en passant par son conditionnement etc., cette production a relancé toute une filière locale. Privilégier la biodiversité, cela permet ainsi de renouer avec des traditions, et aussi avec l’économie.

Les conviviums organisent également des repas, des ateliers de formation au goût, des universités d’été, des marchés paysans, des visites de fermes et d’artisans… Il s’agit de donner à chacun toutes les solutions offrant une alternative à la grande distribution : consommer local, favoriser les filières courtes, respecter les saisons et garder comme point central la notion de plaisir. Car si on attend que Mac Do et les hypermarchés sauvent et relancent la prochaine lentille blonde, c’est mal barré…

fp

1.Volca’niac (63), Véronique Jal, mob : 06 83 12 12 59, courriel

Date de création : 21/11/2009 @ 16:38
Dernière modification : 07/05/2011 @ 11:58
Catégorie : Rythmes de vies
Page lue 1517 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^