Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442050 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Rythmes de vies - Faire sa place au sommeil


Faire sa place au sommeil

Une proportion importante de salariés travaille en “posté” – sur une tranche horaire du matin à partir de 5 heures, par exemple, ou du soir à partir de 13 heures, ou de nuit à partir de 20 heures – ou encore en 3x8, c’est-à-dire selon un cycle où se succèdent ces “tranches postées”. Cela implique des rythmes de vie décalés. Or,« il faut au moins trois semaines pour que les rythmes se modifient », explique le Dr Beudin, « si bien que les rotations courtes (2 jours du matin + 2 du soir + 2 nuits suivies de 4 jours de repos), sont plus faciles à vivre car, entre autres choses, la température corporelle n’a pas le temps de se décaler. Il est également important de respecter un cycle chronologique de travail : matin-soir-nuit, nuit-matin-soir ou soir-nuit-matin. » Bref, le décalage est “moins pire” s’il suit le sens des aiguilles d’une montre… Le Dr Beudin ajoute quelques indications afin de mieux respecter les besoins de ces travailleurs en temps de sommeil. Elle aborde également la luminothérapie1 car « pour bien dormir, il faut avoir reçu une certaine quantité de lumière ».

Pour les personnes qui travaillent du matin (5-13 heures)

« Elles ne parviennent pas à s’endormir à 20 heures : elles ont donc déjà une diminution du temps de sommeil. Par ailleurs elles craignent souvent de ne pas se réveiller, si bien qu’elles le font avant le réveil… Cela a pour conséquence une frustration en quantité de sommeil : nous leur conseillons de faire une sieste d’une heure maximum en rentrant du travail, en se levant toujours avant 15 heures. Dans ce cas, la luminothérapie matinale permet de s’endormir plus tôt. »

Pour les personnes qui travaillent de nuit (21-5 heures)

« Ces travailleurs vont se coucher quand le jour se lève et quand la température du corps remonte, ils ne dormiront donc pas longtemps. Avant de se coucher, il ne faut jamais être en hypoglycémie : il leur est conseillé de boire une boisson chaude, sucrée (lait, tisane), et d’éviter les excitants (café, thé, jus d’orange…). S’ils se réveillent avant midi, ils doivent manger en respectant le rythme des repas, puis se rallonger pour une sieste d’une heure maximum vers 14 h 30, heure à laquelle on s’endort naturellement. Dans ce cas, en revanche, une exposition tardive à la luminothérapie permettra de repousser l’endormissement. »

G.D.

1. Thérapie par la lumière : elle “recale” l’horloge biologique, et traite aussi les dépressions saisonnières.

trader.jpg

Date de création : 21/11/2009 @ 16:05
Dernière modification : 22/02/2010 @ 18:54
Catégorie : Rythmes de vies
Page lue 1589 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^