Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442051 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Aileurs : Lyon Biennale de la danse
- Cinq avenirs au bout du fil


Cinq avenirs au bout du fil

Derrière les machines à coudre de Zig Zag, elles tentent de confectionner un projet d’avenir associant leurs attentes personnelles au marché de l’emploi, et engrangent précieusement des moments de vie commune cousue de convivialité.

atelier zigzag
Nehza a 35 ans ; titulaire d’un bac pro en couture et mère au foyer durant douze ans, elle se dit heureuse d’être de nouveau dans un contexte professionnel et de rencontrer du monde. Malgré sa formation et ses compétences, elle n’envisage pas son avenir professionnel dans ce secteur : « Il n’y a pas de débouchés. Je pense m’orienter vers les métiers de la petite enfance ou de l’aide à la personne. Je ne sais pas encore. » Souad partage son pessimisme sur les possibilités d’embauche dans la couture : « J’aimerais suivre une formation pour m’occuper des personnes âgées. J’ai déjà travaillé en maison de retraite, je connais le secteur. » Les compétences acquises au sein de Zig Zag ne sont cependant pas perdues pour autant. Elle possède une machine à coudre et travaille chez elle. Quant à Imane, elle ne s’imagine pas couturière après son CAE, mais le manque de débouchés n’est pas la seule raison : « J’aime m’occuper des enfants. Je souhaiterais passer un CAP petite enfance. »

Vanessa et Naouel tiennent un discours différent. À 22 ans, la première possède un BEP couture et désire coûte que coûte persévérer dans la filière : « Mon rêve est de me mettre à mon compte, d’avoir mon propre atelier de retouches et de création. » Passionnée de mode, elle achète le magazine Burda qui propose des patrons, et se fournit en tissus et en fournitures sur Internet. Quant à Naouel, en France depuis seulement trois ans, elle s’est formée à la couture en Algérie : « Mon rêve serait d’en faire mon métier. » Comme Zejnije, une ancienne de l’atelier qui est maintenant à son compte1.

Quels que soient leurs espoirs, toutes les cinq sont fières de réaliser des costumes pour le Défilé de la Biennale. Elles habillent deux groupes de danseurs, l’un de Vénissieux, l’autre de Lyon. Leurs yeux brillent à l’évocation de l’événement.

L.C.

1. Sa boutique : Anila mariage, 317 avenue Berthelot, 69008 Lyon, tél. 04 78 01 04 66.

Date de création : 23/09/2010 @ 19:44
Dernière modification : 23/09/2010 @ 19:44
Catégorie : Aileurs : Lyon Biennale de la danse
Page lue 1500 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^