Présentation
Contact
Association Exclusif
ou
Journal Exclusif :
3, rue de la Treille,
63000 Clermont-Ferrand

Courriel du journal
Courriel de l'association
Version mobile
Exclusif sur Facebook

GuppYTop


qrexclu.png
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
122 Abonnés
Webmaster - Infos
Exclusif n°46-47
Atelier d’écriture
Archives
Exclu web
On parle de nous

Interview dans Carnets de campagne, France Inter, avril 2015 :

Cimade 63

Combrailles durables

Presse-papier du CRI

Gratuité et bénévolat

Une interview du journal Exclusif sur Radio Arverne :

Reportage France 3 Auvergne

La fin [PDF – 1.3 Mo]

Droit de réponse [PDF – 960 Ko]

Courrier de la LDH [PDF – 910 Ko]

Recherche



Visites

 442051 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Aileurs : Lyon Biennale de la danse
- “La vie en rose”


“La vie en rose” dans les rues de Lyon

Aventure artistique lancée en 1996, le Défilé reste avant tout un projet solidaire. Xavier Phélut, chef de projet, en raconte la genèse : « L’idée est venue à Guy Darmet, directeur de la Biennale, en visitant des écoles de samba brésiliennes : il a eu envie d’adapter la ferveur et la joie de vie du Brésil en imaginant une parade chorégraphique au cœur de la ville, où tous les habitants s’inscrivent dans un même projet. » Habituellement le thème du défilé rejoint celui de la Biennale, mais cette année le choix a été “La vie en rose”, ou les utopies porteuses d’espoir… En 1 heure 30, de la place des Terreaux à la place Bellecour, le Défilé manifeste une vraie dynamique qui a fait naître chez des observateurs l’expression de “rituel d’agglomération”. Aujourd’hui bien rodée, la machine réunit une quinzaine de groupes sélectionnés après un appel à
biennale
projet lancé à près de 3 000 contacts en Rhône-Alpes. Organisé autour du binôme opérateur-chorégraphe, chacun reçoit un financement de 22 658 €.

Inscrit dès l’origine dans la lutte contre les exclusions, le Défilé est un immense terrain d’expérimentation ; chacun, notamment parmi les publics en difficulté, peut prendre une part active et visible à cette expérience artistique à laquelle sont associés chorégraphes, artistes, équipements socioculturels, travailleurs sociaux, et professionnels de l’insertion. « Des évaluations ont montré l’impact positif pour les personnes engagées dans des parcours d’insertion », précise Xavier. D’un projet à l’autre, chacun participe et se forme : danse et musique, arts plastiques ou réalisation de costumes, de chars ou de décors… « Au-delà du statut et des dispositifs, c’est la question du bien-fondé de la participation des personnes, de leur valorisation et de leur dignité qui est posée, et qui a trouvé sans aucun doute une réponse au vu de la qualité de leur engagement. » Pour l’édition 2010, sur sept territoires mobilisés, on ne compte pas moins de treize actions d’insertion ou de formation sociale et professionnelle, le tout impliquant 110 personnes. « La professionnalisation n’est pas l’objectif premier, » confie Xavier, « on essaie surtout d’insuffler aux gens de la mobilisation, de les aider à retrouver des repères, une vie de groupe, afin de desserrer des freins… Le retour à l’emploi reste la cerise sur le gâteau ! »

S.A.

Stéphanie Claudin et Xavier Phélut, chefs de projet Défilé, Biennale de la danse, tél. 04 27 46 65 60, courriel

Date de création : 23/09/2010 @ 19:21
Dernière modification : 23/09/2010 @ 19:37
Catégorie : Aileurs : Lyon Biennale de la danse
Page lue 1749 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

^ Haut ^